[LIVRES] Une garde-robe « natural form » (1877-1882)

livres Fashions of the Gilded Age pour une garde-robe 1880 - Carnet de recherches de Lucie Choupaut

Bonjour à toutes et à tous ! Je voulais commencer à republier aujourd’hui mes anciens articles sur des livres de patrons historiques, malheureusement, les pertes de mon ancien blog sont plus nombreuses que je ne croyais. Me voilà obligée de réécrire la plupart des articles consacrés à mes livres sur la couture ou le costume, ce qui va forcément me prendre un peu plus de temps que prévu. C’est pourquoi nous allons commencer par nous concentrer sur deux livres dont je me sers beaucoup en ce moment : les deux volumes de Frances Grimble, Fashions of the Gilded Age.

livres Fashions of the Gilded Age de Frances Grimble
Frances Grimble, Fashions of the Gilded Age, Volume 1: Undergarments, Bodices, Skirts, Overskirts, Polonaises, and Day Dresses 1877-1882, San Francisco, Lavolta Press, 2004 et Frances Grimble, Fashions Of The Gilded Age, Volume 2: Evening, Bridal, Sports, Outerware, Accessories and Dressmaking 1887-1882, San Francisco, Lavolta Press, 2004.

Des patrons pour une garde-robe 1880

J’ai fait l’acquisition de ces deux livres (en anglais) il y a plusieurs années, lorsque j’ai décidé de coudre une garde-robe complète de l’année 1880, mais ce n’est que récemment que j’ai vraiment pris le temps de les lire, je vais donc pouvoir vous en parler un peu plus en détails.

Frances Grimble a compilé dans ces deux volumes des patrons de couture issus de trois sources d’époque : un manuel allemand publié en 1883 Vollständige Schule der Damenschneiderei, 112 numéros du magazine Harper’s Bazar entre 1877 et 1882 et un volume annuel de 1877 du Englishwoman’s Domestic Magazine.

Cela constitue donc une mine pour quiconque souhaite se coudre des costumes féminins entre 1877 et 1882. Il ne s’agit donc pas de patrons français, mais les formes générales doivent peut différer dans le monde occidental. Pour les particularités locales (et en particulier la mode parisienne qui m’occupe personnellement), c’est intéressant d’adapter ces patrons à ce qui se dit dans les magazines français.

tome 1 de Fashions of the Gilded Age consacré aux dessous et robes de jour 1880

Le premier volume est consacré aux sous-vêtements, aux corsages, jupes, surjupes (je crois que l’on appelle ça « tuniques » à l’époque, mais j’ai un trou de mémoire et il faut que je vérifie cette information), polonaises et robes de jour. Le deuxième s’attarde, lui, sur les robes du soir, les robes de mariées, les vêtements de sports et de loisirs, les vêtements d’extérieur, les coiffures et accessoires et des informations supplémentaires sur la confection à proprement parler. Pour l’instant, je me suis davantage concentrée sur le premier volume, mais j’ai hâte de lire la suite.

Chaque livre se compose d’une longue partie explicative sur comment utiliser les patrons et les adapter sur-mesure et chaque chapitre s’ouvre sur des extraits de magazines d’époque donnant des informations sur le type de vêtement concerné (puisqu’ils sont classés par type).

tome 2 de Fashions of the Gilded Age consacré aux vêtement de loisir et d'extérieur

J’ai déjà cousu plusieurs vêtements 1880 d’après des patrons de Fashions of the Gilded Age, comme par exemple mon corset, ma tournure, ma chemise ou mon jupon… À dire vrai, c’est dans ce livre que je puise tous les patrons que j’utilise pour ma garde-robe, l’intérêt étant de pouvoir les mixer entre eux et les modifier pour composer le vêtement exact que l’on désire.

Mes réalisations à partir des patrons disponibles

Chemise 1880 blanche brodée main devant
Une chemise de jour 1880
devant du jupon 1880 en cours avec ruban coloré
un jupon 1880
corset piqué blanc 1880
Un corset piqué (les bretelles ne sont pas prévues sur le modèle)
tournure rayée 1880
Une petite tournure
jupe en taffetas vert d'eau 1880
une jupe de dessous 1880 (dont je me servirai comme base pour ma future robe de bal

Si comme moi vous vous intéressez à cette période particulière entre 1877 et 1882 (que l’on appelle en anglais natural form), ces deux volumes me paraissent assez essentiels et je ne saurais trop vous recommander de vous les procurer. À ma connaissance ils ne sont pas traduits en français, mais même quand on a un niveau d’anglais moyen (c’est mon cas), cela reste accessible.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.