[Journal tricot] Le pull Docker est fini !

FIn du pull Docker d'Alice Hammer - Carnet de recherches de Lucie Choupaut

Bonjour tout le monde ! Me revoilà aujourd’hui pour vous parler d’un projet tout à fait hors saison : mon pull Docker de Alice Hammer.

J’avais déjà commencé à vous en parler ici et , mais le voici terminé et bloqué, c’est donc l’heure du bilan.

pull Docker fini

Fiche technique du pull Docker

Le pull Docker est, il me semble, l’un des premiers patrons d’Alice Hammer publié dans son livre Sentimental tricot, que j’aime beaucoup et dont j’ai tricoté plusieurs modèles.

Il s’agit d’un modèle en rond qui se tricote du bas vers le haut, en commençant par les côtes puis avec une mer de jersey envers. Les devants et dos sont alors séparés pour tricoter le motif au point de riz en aller-retour (devant et dos sont identiques). Les épaules sont ensuite tricotées ensemble et on relève des mailles aux emmanchures pour tricoter chacune des manches en jersey envers. Les poignets sont terminés par des côtes 1/1.

dos du pull Docker

Comme vous le voyez, la construction du pull Docker est vraiment très simple et n’a présenté aucune difficulté pour moi.

J’ai tricoté une taille M dans la laine Ulysse de De rerum natura (coloris tempête).

Comme toujours avec les échantillons des modèles d’Alice Hammer, le mien était à peu près correct + ou – un centimètre en hauteur et en largeur je n’ai donc fait aucune modification et tricoté le modèle avec la taille d’aiguilles recommandée (3,5). J’avais commandé 7 pelotes de laine pour un total de 53,60 € (frais de port compris) et il me reste en réalité une pelote et demi.

Devant du pull Docker

Il m’a fallu exactement 4 mois pour le terminer parce que j’ai assez peu tricoté entre mai et juin. Je pense qu’à un rythme hivernal, il aurait été terminé beaucoup plus vite.

Un tricot sans encombre

Vous l’aurez compris, ce tricot ne m’a pas vraiment posé de problème, hormis une fois fini, lorsque je me suis aperçue que j’avais tricoté une manche beaucoup plus serrée que l’autre. Je me suis dit que ce serait rattrapable au blocage et effectivement ça va à peu près, même si une manche reste un peu plus longue que l’autre. Rien de trop choquant quand je le porte, je pense.

Devant du pull Docker

J’ai essayé de retoucher les photos pour que vous ayez la bonne teinte de laine : un gris avec des sous-tons de bleu. C’est une couleur qui en fait un bon basique et qui permettra à ce pull de s’accorder parfaitement au reste de ma garde-robe.

dos du pull Docker

Le motif texturé (alternance de mailles endroit et envers) apporte une discrète originalité à ce pull somme toute très classique et je suis très satisfaite du rendu. Je suis d’ores et déjà bien contente d’avoir un deuxième pull fait main à porter l’hiver prochain parce qu’un seul, ça devient vite lassant.

gros plan sur le pull Docker

Voilà pour ce dernier projet tricot un peu long. J’hésite encore sur ce que sera le prochain, entre une paire de chaussettes, des « lavettes » en coton pour la cuisine ou un gilet en fingering, je ne suis pas décidée. Je vous dis, dans tous les cas, à bientôt !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.