[HSM 2021] Remise à neuf de mon jupon 1880

Broderie anglaise pour jupon 1880 - Carnet de recherches de Lucie Choupaut

Bonjour à toutes et à tous ! Il y avait bien longtemps que je n’avais pas posté de projet en rapport avec le Historical Sew Monthly, mais je suis enfin en mesure de vous montrer mon jupon 1880, complètement démonté et réassemblé.

Ce qui m’a pris le plus de temps ? La broderie anglaise à la main bien sûr ! Commencée en mars, je ne l’ai terminée qu’en octobre, autant dire que ça a été un peu long. ^^

Je vous montre donc en octobre une pièce de costume qui aurait dû être terminée pour le challenge du mois d’avril : The Costumer’s New Look. Que voulez-vous, je suis vraiment une couturière très lente.

Un nouveau look pour mon jupon 1880

J’avais déjà un jupon 1880, construit à partir d’un patron historique, mais sa forme ne me convenait pas et sa décoration n’était plus du tout à mon goût (et pas du tout historique), j’ai donc eu envie de le reprendre pour le transformer en m’inspirant d’une gravure de La Mode Illustrée. Je vous en parlais déjà dans cet article et je vous montrais le résultat dans celui-là, donc je ne vais pas m’étendre sur toutes les étapes du projet.

version initiale du jupon 1880 avec volants à l'arrière
La version initiale du jupon 1880, porté sur ma petite tournure
devant du jupon 1880 en cours avec ruban coloré
La nouvelle version du jupon en attente de sa broderie anglaise

Mon jupon remis à neuf était alors presque terminé fin mars, mais il me restait à finir la broderie anglaise qui devait orner l’ourlet. La voici enfin, sous vos yeux ébahis :

jupon 1880 terminé avec sa broderie anglaise
Ta-daa !

La broderie anglaise à la main

Je ne reviens pas sur les raisons qui m’ont poussée à broder ma propre broderie anglaise à la main, puisque j’en parlais en détail dans cet article, mais à présent qu’elle est finie, le moment est venu d’en dresser un petit bilan. Suis-je contente d’y avoir passé tous ces mois ? Est-ce que je regrette ? Est-ce que je le referais ?

côté du jupon 1880 et sa broderie anglaise

Pour commencer, parlons un peu chiffres : j’ai finalement brodé 282 cm de broderie anglaise avec un total de 94 motifs répétés. Pour chaque motif, il me fallait environ deux heures de travail donc on est sur un total de 188 heures consacrées à la seule broderie, qui se sont étalées entre la fin du mois de mars et le début du mois d’octobre. Il m’aura donc fallu 7 mois pour en venir à bout, et ça me fait doucement rigoler de m’être lancée là-dedans en me disant que ça me prendrait 3 mois. Je ne m’étais clairement pas rendue compte de l’ampleur de la tâche…

Suis-je contente ? Comme prévu, là où elle est placée cette broderie anglaise passe pratiquement inaperçu, mais elle me plaît et je suis contente de l’avoir réalisée. Est-ce que si c’était à refaire je le referais ? Oui, sans hésiter.

Détail broderie anglaise en bas du jupon 1880
Vous voyez que l’ourlet du jupon dépasse par endroit de sous la broderie anglaise. Pour bien faire il faudrait le recouper et le raccourcir pour que l’on puisse bien profiter des jours de la broderie. Je le ferai sans doute un jour, mais pour l’instant, je me contenterai de cette version.

J’ai vraiment beaucoup aimé broder tous les matins et voir le motif se construire. La broderie anglaise a l’avantage d’offrir une diversité de points suffisante pour ne pas se lasser, tout en étant un projet qui ne nécessite aucune réflexion puisque c’est un projet monochrome. C’est vraiment très agréable à broder, même si honnêtement presque 3 mètres, c’est quand même un peu long.

J’envisage déjà d’en refaire pour orner ma future chemise de jour avec un autre motif et je referai certainement encore quelques dizaines de centimètres de ce motif-ci pour pouvoir orner la future traîne amovible du jupon.

jupon 1880 et broderie anglaise

Le plus frustrant est de ne pas pouvoir déclarer un projet terminé avant un (très) long moment quand on décide de faire de la broderie à la main, mais ce n’est rien par rapport au plaisir que j’ai eu à saisir cette occasion de broder tous les jours. Bref, que voulez-vous, j’aime les projets à rallonge. ^^


Voilà pour cet épisode de mon épopée « dessous 1880 ». Pour parfaire ces dessous de fin de journée, il faudra encore que je couse un corsage de dessous (ce qu’on appelle aujourd’hui un cache-corset) et ce sera bon. J’aurais bien aimé coudre enfin ma toilette de bal cette année, mais je ne sais pas si je vais avoir le temps.

dos du jupon 1880 décoré de broderie anglaise

Vous l’aurez peut-être remarqué, les publications se sont raréfiées aussi bien ici que sur Instagram. La raison est que je viens de commencer un nouveau travail qui m’occupe trois jours par semaine, il faut donc que je m’adapte à ce nouveau rythme. Je vais néanmoins essayer de ne pas complètement délaisser la recherche, ce serait dommage.

En attendant de vous retrouver pour un nouvel article, je vous souhaite une bonne fin de semaine !

devant du jupon 1880 et broderie anglaise

6 commentaire

  1. J’admire régulièrement tes splendides réalisations. Tu es une artiste. Pardonne-moi cette question si tu y as déjà répondu dans un précédent article, mais quand portes-tu ces merveilles ? C’est si beau que ce serait dommage de ne pas les montrer au grand jour !

    1. Merci beaucoup Fanfreluche ! 🙂 Malheureusement, je ne les porte pas tellement. Je couds trop lentement pour réussir à finir à temps des costumes pour des événements et je ne raffole pas des sorties costumées par ailleurs. Désormais je vais essayer de m’offrir davantage de shooting pour avoir au moins une jolie trace des ces costumes.

  2. Bonjour,
    Je viens de m’abonner à votre (ton ?) blog pour mieux suivre la vie de ce merveilleux jupon et ses amis. (Je suis detouteslescouleurs sur thread and needles ) je suis très heureuse de découvrir ce blog plein de merveilles !
    Jacqueline

    1. Bonjour Jacqueline, merci beaucoup ! Il faudra un peu de patience pour voir la suite de la garde-robe 1880 parce que j’avance au rythme d’un escargot, mais bienvenue 🙂

  3. Bravo ! J’ai suivi l’avancée de cette broderie anglaise qui s’apparente à de la méditation . Sa discrétion par son usage presque caché me touche beaucoup aussi et te relie à toutes ces femmes du passé pour qui les travaux d’aiguilles étaient une nécessité . Merci .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.